Le monde du travail à l’heure des machines – vidéo

Madame Fardo fait ses coursesSommes-nous sur le point d’être envahis par les robots ? On ne le remarque pas forcément, mais les machines sont bien présentes dans notre quotidien. J’en ai fait l’expérience en allant simplement faire mes courses. Que ce soit à l’entrée du supermarché avec les scanners ou à la sortie avec les caisses automatiques. Vont-elles un jour remplacer les hommes dans leur travail ? Je me suis penchée sur la question, car ce sujet me turlupine. 

« Race against The Machine »Ce n’est pas de la science-fiction, mais presque ! Il s’agit en fait d’une étude réalisée en 2013 par Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, deux chercheurs de la prestigieuse université d’Oxford. D’après eux, 47% des emplois aux Etats-Unis pourraient être supprimés. Ils seraient tout simplement remplacés par des machines intelligentes d’ici 20 ans.

Nous, humains, remplacés par des machines qui, en plus, nous prendraient nos emplois ? Ni une ni quatre, j’ai été à la rencontre de  Paul Jorion pour bien comprendre de quoi il s’agissait. Ce nom vous est peut-être inconnu mais Paul Jorion est au monde économique ce qu’Albert Einstein est à la physique : un grand monsieur. En bref, il est diplômé en sociologie et en anthropologie sociale. Il est titulaire de la chaire « Stewardship of Finance », à la Vrije Universiteit Brussel. Et comme un titre ne vient jamais seul, il est également chroniqueur au Monde-Economie et il fait partie du Groupe de réflexion sur l’économie positive dirigé par Jacques Attali.

L’idée de départ était plutôt séduisante : créer des robots qui travailleraient à notre place, pour diminuer le temps de travail et augmenter le temps de loisir. Plutôt convaincant. Mais… tout n’est pourtant pas si roux.

D’autant que tous les métiers sont concernés. Les métiers manuels bien sûr, mais pas que.  La solution serait alors de miser sur la créativité et surtout sur l’humain.

Les robots seront-ils un jour aptes à remplacer l’homme dans toutes ses tâches ? Mystère et boule de poils. Mais l’imagination des hommes dépasse les frontières. Aux Etats-Unis, les voitures autonomes sont légales dans quatre états : le Nevada, la Floride, la Californie et le Michigan. À Séoul, en Corée du Sud, un supermarché entièrement virtuel a ouvert ses portes dans le métro.  En voici le principe : à partir de photos des produits, le client scanne le QR code avec son téléphone et paie ensuite en ligne. Les courses sont finalement livrées chez lui. Enfin, Paul Jorion nous donne un dernier exemple : celui des traders.

Que ce soit en Amérique ou en Asie, les machines prennent peu à peu le pas sur l’homme. Mais chez nous ? Pas la peine d’aller de l’autre côté du globe pour le savoir puisque je me suis rendue de l’autre côté de la rue, dans un supermarché. En Belgique comme en Corée (et ailleurs), on retrouve les machines à notre service même pour acheter 3 kilos de pamplemousses. Voyez par vous-même :

Ce reportage n’est que le début de mon enquête. Prochaine étape : découvrir comment on pourrait utiliser ces machines pour ne pas qu’elles soient synonymes de chômage pour les hommes. Paul Jorion nous a donné une piste à ce sujet. A moi de l’emprunter et d’aller plus loin. C’est un sujet délicat, certes, mais impossible n’est pas Fardo.

Posts en rapport

Digg it StumbleUpon del.icio.us Google Yahoo! reddit

2 commentaires

  1. Continuez par la, c’est un bonheur de vous suivre.

  2. thomas dit :

    M Jorion prétend avoir été enseignant à Irvine et à Cambridge malheureusement des recherches sur les sites de ces deux universités (prestigieuses) ne donnent rien, seul un homonyme apparait! Même chose pour Paris VIII (quand y était il) Serait il un affabulateur [c'est ma conviction?] . il serait intéressant également de connaître les banques américaines pour lesquelles il aurait travaillé. Je trouve toujours à l’écouter que ses propos sont confus et sans grand intérêt mais il est d’un activisme redoutable

Laisser une réponse