12 clés pour comprendre le chômage

wordleEn lisant ce dossier chômage, quelques termes, concepts vous sembleront familiers. Ces mots-là, on les lit partout, on les utilise tout le temps, mais pourtant on ne sait pas toujours ce qu’ils veulent dire. Il est donc bien temps de faire une petite piqûre de rappel, pour que vous soyez tous des incollables.

Qu’est-ce que le chômage ?

Qu’est-ce que le BIT ?

Qu’est-ce qu’un chômeur ?

Qu’est-ce que la population active ?

Qu’est-ce qu’un actif occupé ?

Qu’est-ce que : Actiris, Bruxelles-formation, DGSIE, Forem, IBSA, IWEPS, Observatoire bruxellois de l’emploi, ONEM, VDAB ?

Quelles sont les différentes formes de chômage ?

Quelle est la différence entre le chômage complet et le chômage temporaire ?

Comment calculer le taux de chômage / taux d’activité / taux d’emploi ?

Qu’est-ce que l’allocation de chômage ?

Qui verse les allocations ?

Qu’est-ce que la dégressivité ?

  • Qu’est-ce que le chômage ?

Quelle belle question ! Pour y répondre, je prends mon dictionnaire d’économie et de sciences sociales, Editions Nathan, 1997… ça ne me rajeunit pas !
Le chômage est la “situation d’un individu, ou d’une partie de la main-d’œuvre d’un pays, sans emploi. Le chômage peut être total ou partiel”.

  • Qu’est-ce que le BIT ?

Le BIT (Bureau international du Travail) est le secrétariat permanent de l’Organisation internationale du Travail. Il est chargé des questions générales liées au travail. Son rôle est d’harmoniser des concepts et définitions relatives au travail, pour que ce soient les mêmes partout dans le monde. Le siège du BIT se trouve à Genève.

  • Qu’est-ce qu’un chômeur ?

Pour définir un chômeur, je vais me baser sur la définition du BIT. La plupart des organismes comme Actiris ou l’IWEPS utilisent cette définition, alors je ne me permettrai pas de faire exception.

Vous êtes chômeur au sens du BIT si vous avez atteint l’âge de 15 ans, et si au cours de la période de référence vous étiez à la fois :

- sans travail, c’est-à-dire que vous n’aviez ni un emploi salarié ni un emploi non salarié ;
- disponible pour travailler dans un emploi salarié ou non salarié durant la période de référence ;
- à la recherche d’un emploi, c’est-à-dire que vous avez pris certaines dispositions au cours d’une période récente spécifiée pour chercher un emploi salarié ou non.
Ces dispositions spécifiques peuvent inclure : l’inscription à un bureau de placement public ou privé ; la candidature auprès d’employeurs ; les démarches sur les lieux de travail ; l’insertion ou la réponse à des annonces ; les recherches par relations personnelles ; les démarches pour créer une entreprise personnelle ou pour obtenir des ressources financières, des permis et licences, etc.

  • Qu’est-ce que la population active ?

Quand on pense à population active, ça peut vite prêter à confusion. Alors mettons les choses au clair. La population active correspond aux personnes en âge de travailler. Il s’agit donc bien de prendre en compte les personnes qui travaillent mais aussi les chômeurs.

Plus de précisions sur les spécificités bruxelloises dans ma rubrique DATA.

  • Qu’est-ce qu’un actif occupé ?

C’est ici qu’est toute la subtilité. Un actif occupé est un salarié ou un travailleur indépendant, âgé de 15 ans et plus. Tous les membres de la population active ne sont donc pas des actifs occupés.

  • Qu’est-ce que :

Actiris est l’Office Régional Bruxellois de l’Emploi. Tous les Bruxellois peuvent s’y rendre quand ils sont en situation de recherche d’emploi, même ceux qui ne touchent pas d’allocations de chômage ni le CPAS. J’insiste un peu, mais cet organisme ne concerne que les Bruxellois. C’est aussi pour ça que je ferai souvent référence à cet organisme.

Bruxelles-formation, comme son nom l’indique, ne se consacre qu’à la formation, à Bruxelles. L’organisation dépend de la Cocof (commission communautaire française). Elle agit auprès des chercheurs d’emploi et des travailleurs bruxellois francophones.

DGSIE, Direction générale Statistique et Information économique, est un organe fédéral chargé de produire des statistiques officielles au niveau national, et de réaliser des productions au niveau européen. Par rapport au chômage et à l’emploi. Les chiffres révélés par la DGSIE sont le résultat de l’enquête sur les forces de travail (EFT). Pour en savoir plus, allez naviguer dans ma rubrique DATA.

Forem est l’Office wallon de la Formation professionnelle et de l’Emploi. Sa mission est d’accompagner les Wallons, et seulement les Wallons, dans leur recherche d’emploi et de formation professionnelle.

IBSA, Institut Bruxellois des Statistiques et d’Analyse, est le centre de référence de la statistique pour la région de Bruxelles-Capitale. En ce qui concerne le chômage, l’institut ne produit pas de données. Il ne fait que collecter et diffuser des chiffres venant d’Actiris et de l’Onem.

IWEPS, l’Institut Wallon de l’Évaluation de la Prospective et de la Statistique, se présente sur son site comme étant “une administration publique indépendante et transversale”. Pour résumer, son rôle est de produire toutes sortes de statistiques au niveau wallon, entre autres sur le chômage et l’emploi.

L’Observatoire bruxellois de l’emploi, est un organe rattaché à Actiris. Son rôle est d’analyser le marché de l’emploi à Bruxelles. Il produit des statistiques soit de sa propre initiative, soit à la demande (de la Région, de l’État…).

ONEM est l’office national de l’emploi. C’est lui qui décide, entre autres, si vous pouvez recevoir des allocations ou non. L’office a aussi un rôle de contrôle. Il peut lever les allocations si vous ne respectez plus les conditions de recevabilité. L’ONEM s’occupe également du système d’interruption de carrière et de crédit-temps, il exécute la réglementation en la matière.

VDAB : comme Actiris et le Forem, VDAB est un organisme pour la recherche d’emploi et de formation en région flamande, et pour les néerlandophones de Bruxelles.

  • Quelles sont les différentes formes de chômage ?

Chômage naturel : un courant de pensée libérale (le monétarisme, par l’Américain Milton Friedman, Ecole de Chicago) défend l’idée qu’une partie du chômage s’explique par l’imperfection du marché. Ce n’est donc pas le manque de la demande de travail (offre d’emploi) qui est responsable.

Chômage conjoncturel : pour résumer, quand l’activité économique d’un pays ralentit, le nombre de chômeurs augmente. Par exemple, quand une usine ferme à cause de la crise économique, on parle de chômage conjoncturel.

Chômage structurel : ce chômage est lié aux mutations de l’économie (changements technologiques). Certains travailleurs sont alors en inadéquation entre les offres d’emploi et les qualifications demandées.

Chômage frictionnel : c’est la période de transition entre deux emplois d’une même personne.

Chômage technologique : ici, on parle de la mécanisation du travail. Le chômage est donc le résultat d’une plus grande utilisation du capital technique, au détriment du capital humain.

  • Quelle est la différence entre le chômage complet et le chômage temporaire ?

Le chômage complet c’est lorsqu’un travailleur (à temps complet ou temps partiel) perd complètement son emploi.

Le chômage temporaire concerne les travailleurs qui restent liés à un contrat de travail mais leurs prestations de travail sont réduites ou suspendues.

  • Comment calculer le taux de chômage / taux d’activité / taux d’emploi ?

N’ayez pas peur, je n’ai pas l’intention de vous faire un cours de statistiques intensif, regardez c’est tout simple :

Taux de chômage = (nombre de chômeurs / population active) x 100
Taux d’activité = (population active / population totale) x 100
Taux d’emploi = (nombre de personnes qui ont un emploi / population active) x 100

Plus d’infos sur la collecte des chiffres, sur mon infographie « Les chiffres en Région de Bruxelles-capitale« 

  • Qu’est-ce que l’allocation de chômage ?

L’allocation de chômage est donc une somme d’argent que vous pouvez recevoir lorsque vous cessez une activité salariée, pour des raisons indépendantes de votre volonté et que vous avez travaillé un nombre de jours suffisant.
Le montant dépend de la dernière rémunération, de la situation familiale et de la durée du chômage. Je vous mets ici en lien toutes les formes d’allocations, que vous retrouvez sur le site de l’ONEM.

  • Qui verse les allocations ?

Avant d’avoir fait une demande à l’ONEM pour recevoir des allocations, vous devez vous rendre auprès d’un centre de paiement. C’est lui qui vous versera la somme que vous devez recevoir. Vous avez le choix entre des syndicats (FGTBCSCCGSLB) ou la CAPAC, qui est un organisme public.

  • Qu’est-ce que la dégressivité ?

En Belgique, contrairement à de nombreux pays en Europe, le chômage est versé à durée indéterminée. En revanche, le montant de l’allocation ne reste pas le même à tout jamais. Il diminue au fil des années. C’est ce qu’on appelle la dégressivité.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le FAQ Dégressivité de l’ONEM.

Encore plus de définitions sur cet article d’Alternatives Économiques.

Posts en rapport

Digg it StumbleUpon del.icio.us Google Yahoo! reddit

Laisser une réponse